DRJSCS Mayotte

DRJSCS Mayotte

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>JEUNESSE ET VIE ASSOCIATIVE >Infos radicalisation >Vous avez été témoin d’un phénomène de radicalisation ou d’un comportement suspect dans votre association ? Alertez-nous en appelant le 0639 69 53 11

Vous avez été témoin d’un phénomène de radicalisation ou d’un comportement suspect dans votre association ? Alertez-nous en appelant le 0639 69 53 11

Article JEUNESSE ET VIE ASSOCIATIVE 4/06/2018

Qu’est-ce que la radicalisation ?
La radicalisation est un processus par lequel un individu ou un groupe adopte une forme violente d’action, directement liée à une idéologie extrémiste à contenu politique, social ou religieux qui conteste l’ordre établi sur le plan politique, social ou culturel (Farhad Khosrokhavar). Elle se traduit souvent par un changement de comportement rapide pouvant conduire au rejet de la loi et à la violence. Elle touche parfois des adolescents mais souvent des jeunes majeurs en situation d’échec, d’isolement ou de rupture.
La radicalisation est un phénomène qui a toujours existé mais qui a pris une forme et une ampleur particulière au niveau mondial et en France avec la radicalisation islamiste et depuis le 29 juin 2014 avec la proclamation du califat État islamique par l’organisation État islamique (abrégé EI) également désignée par l’acronyme arabe Daech.
Or la radicalisation peut revêtir différentes formes. Elle n’est pas systématiquement associée à une religion.
Le phénomène de radicalisation est établi dès lors que trois caractéristiques sont réunies à savoir :
-  un processus progressif ;
-  une adhésion à une idéologie extrémiste
-  une adoption de la violence.

Pour en savoir plus sur la radicalisation, consultez le guide ministériel de prévention « Acteurs du sport et de l’animation : mieux connaître, mieux comprendre et mieux prévenir les phénomènes de radicalisation » disponible en pièce jointe.

Les signes
On peut schématiquement diviser les signes de radicalisation en trois catégories.
• Les ruptures : l’individu modifie brutalement ses habitudes, rompt avec ses amis, l’école, voire avec ses proches pour se consacrer à une relation exclusive avec un groupe et sa mission. De même, les changements d’apparence physique ou vestimentaire peuvent constituer un indicateur.
• L’environnement personnel : l’absence ou le rejet parental, une situation familiale difficile ou bien des violences intrafamiliales peuvent amener l’individu à rechercher un nouveau cadre ou une nouvelle famille. Egalement, l’environnement social dans lequel évolue l’individu peut favoriser une radicalisation : un individu en situation de fragilité scolaire ou sociale, parfois vécue comme une injustice, cherchera une place dans la société.

• Les discours et théories : L’individu radicalisé a tendance à répéter de façon stéréotypée l’ensemble de la rhétorique radicale et propagandiste, puisée le plus souvent sur internet (le complotisme, le discours victimiste ou communautariste etc.).
Pour en savoir plus sur les signes de la radicalisation islamiste, consultez le site gouvernemental Stop-Djihadisme (www.stop-djihadisme.gouv.fr)

Une veille citoyenne
Beaucoup de phénomènes de radicalisation peuvent être observés dans les clubs sportifs ou les associations auprès d’un public jeune et parfois fragile. La mise en place d’un réseau d’alerte au sein de ces ligues et associations de jeunesse et d’éducation populaire, pour identifier par la veille les tentatives de radicalisation, est indispensable.
L’objectif est de repérer les comportements qui commencent à dériver et à se radicaliser afin d’agir en amont.
Dès le repérage des premiers signes de basculement dans la radicalisation, il convient de faire un signalement en passant par le numéro d’astreinte de la DJSCS (0639695311) pour disposer de conseils. Ce dernier s’appuiera utilement sur les indicateurs de basculement définis au niveau national qui permettent d’appréhender de manière précise les situations de radicalisation. Après une évaluation du cas, les mesures appropriées seront prises en lien avec les acteurs adéquats du territoire.

Liste des pièces-jointes